Sélectionner une page

1 – Physiologie : Les niveaux d’organisation du vivant

Les niveaux d’organisation du vivant

Les organismes vivants pluricellulaires présentent différents niveaux d’organisation structurels et fonctionnels. Cette organisation permet de répartir les tâches dans un organisme et spécialise chaque niveau dans une fonction principale.

Le plus petit échelon capable de vie est la cellule. La cellule et les organites qu’elle contient sont constitués de molécules organiques simples ou complexes (glucides, lipides, protides, acides nucléiques), certaines de très grande taille, les macromolécules. L’ensemble de ces molécules entrent en jeu dans des réactions enzymatiques et biochimiques spécifiques.

Les cel­lules interagissent avec leur environnement constitué d’autres cellules, des liquides circulants et de la matrice extracellulaire, grâce à des systèmes d’adhésion et à des récepteurs membra­naires. Elles échangent également des substances avec le milieu ambiant, leur permettant de puiser des nutriments et d’évacuer des déchets.

À l’échelon supérieur, les cellules s’organisent en ensembles fonctionnels appelés tissus, et l’apposition de plusieurs tissus forme des organes, qui eux-mêmes forment des systèmes ou appareils. La description de ces organes et des appa­reils correspond à l’anatomie, et leur étude fonctionnelle à la physiologie.

Les niveaux d’organisation du vivant et leur ordre de grandeur.
À l’échelon le plus petit, les fonctions du vivant sont assurées par des molécules impliquées dans les réactions biochimiques. Les cellules constituent l’échelon élémentaire du vivant. Dans les organismes pluricellulaires, ces cellules s’organisent en tissus puis organes et systèmes assurant des fonctions spécialisées.