Sélectionner une page

18 – Physiologie : Le tissu musculaire

Le tissu musculaire est constitué de cellules – les myocytes ou fibres musculaires – spécialisées dans la production d’un travail mécanique, la contraction, à partir d’une énergie chimique, l’ATP. On distingue trois types de muscles:

les muscles striés souvent attachés au squelette et impliqués dans le mouvement autour d’une articulation, la posture et la production de chaleur,

le muscle cardiaque (myocarde) propulsant le sang dans les vaisseaux,

les muscles lisses composant la couche de cellules musculaires enveloppant un grand nombre d’organes creux (voies digestives, respiratoires, vaisseaux sanguins…) et permettant leur motilité.

Structure

Organisation générale

D’une façon générale, les myocytes sont des cellules allongées de grande taille. Leur membrane plasmique est appelée sarcolemme. L’intérieur de la cellule (sarcoplasme) contient l’appareil contractile. Celui-ci est formé de l’association de macromolécules, notamment l’ actine et la myosine, organisées en myofilaments parallèles les uns aux autres, et dont l’ensemble forme les myofibrilles. Les myofilaments sont reliés au sarcolemme par des points d’attache protéiques impliquant la dystrophine, qui permettent la fixation à la membrane basale qui entoure les cellules musculaires, grâce notamment à la laminine. Lors de la contraction musculaire, les filaments d’actine et de myosine interagissent, formant des ponts actomyosiques capables de générer une force, ce qui provoque le coulissement des filaments les uns par rapport aux autres.

Particularités des différents types de cellules musculaires

  • Les cellules musculaires striées sont des cellules géantes (plusieurs millimètres ou centimètres de longueur), polynucléées, issues de la fusion de myoblastes. Elles ont une forme cylindrique, et sont orientées parallèlement les unes aux autres. Les myofilaments d’ actine et de myosine s’organisent pour former une unité contractile appelée sarcomère, qui se répète sur la longueur de la fibre. Cette organisation apparaît striée en microscopie. C’est pourquoi les muscles sque­lettiques sont aussi appelés « muscle striés ». La contraction musculaire se fait donc selon un seul axe (longueur de la cellule).
  • Les cellules musculaires cardiaques sont plus petites (quelques centaines de micromètres de longueur), et ramifiées. Elles possèdent deux à trois noyaux. Elles sont liées entre elles par des disques intercalaires, au niveau desquels les cellules communiquent par des jonctions intermé­diaires, communicantes et des desmosomes. Elles ont également un aspect strié.
  • Les cellules musculaires lisses sont mononucléées et fusiformes (20 à 200 µm). Au contraire des deux autres, les myofilaments sont organisés de manière désordonnée, permettant le rac­courcissement de la cellule dans tous les axes. Les filaments d’actine s’ancrent sur des corps denses.
Le tissu musculaire

Différents types de tissus musculaires

Propriétés

Les trois tissus musculaires possèdent des caractéristiques structurelles communes leur conférant des propriétés de:

  • Contractilité. C’est la capacité de se contracter avec force en présence de la stimulation appro­priée.
  • Excitabilité. C’est la faculté de percevoir un stimulus et d’y répondre. Le stimulus est un ordre envoyé par le système nerveux, la réponse est une contraction.
  • Élasticité. Si l’on étire un muscle, celui-ci tend à revenir à sa longueur initiale par simple effet élastique, sans utilisation d’énergie. L’élasticité joue un rôle d’amortisseur lors de variations brutales de la contraction.
  • Extensibilité. Lorsqu’elles sont relâchées, les fibres musculaires peuvent être étirées au-delà de la longueur de repos.